Minuit ! L’heure du crime. Ou plutôt une heure du matin…

Aujourd’hui, je viens de finir Mort sur le Nil d’Agatha Christie. Parlons peu, parlons bien : j’ai ADORÉ.

Je l’ai commencé hier soir et pour préserver mon cycle nycthéméral, j’ai dû l’abandonner durant la nuit pour mieux le retrouver le matin. Devinez-vous de qui je parle ?

J’ai continué sur ma première lancée. Après avoir fini Exbrayat, j’ai embrayé sur du Agatha Christie.

Bien que le thème soit le même, les plumes sont complètement différentes. Pour le meilleur. Loin de là de les comparer, ce qui serait à mon sens inutile, j’ai beaucoup aimé les deux malgré une légère préférence pour notre Agatha Christie que j’ai découvert sous une tout autre lumière.

Bon parlons affaire. Mort sur le Nil conte l’histoire d’une riche héritière, Linet Ridgeway, qui a tout pour être heureuse. Amour, gloire et beauté. Ou plutôt Mort, gloire et beauté. En effet, cette dernière à défaut de trouver l’amour elle-même, décide de voler l’amant de sa meilleure amie, Jacqueline de Bellefort, qui ne l’entend pas de cette oreille. Cette dernière décide de suivre Linet au cours de sa lune de miel où étrangement, des personnages les plus étranges les uns que les autres s’y retrouvent. S’en suit des incidents douteux et un(e)/des mort(e-s). Mais c’est sans compter, Hercule Poirot, qui se trouve sur place et va enquêter et croyez-le ou non, débusquer le/la/les coupable(s).

Honnêtement, j’ai apprécié plusieurs points. J’avais déjà lu Le Crime de l’Orient-Express et pourtant, je n’ai pas du tout reconnu la plume de l’auteur. Je ne m’attendais pas à une écriture si actuelle et direct. En effet, elle n’y va pas par quatre chemins, elle utilise les mots qu’il faut et auxquelles je ne m’attendais pas.

Ensuite, les personnages. Que dire. J’adore. Ce sont des personnages hauts en couleurs, complètement fous et désagréables. Du communiste complètement barjot, à la vieille pea… pardon femme riche prétentieuse, en passant par la candide cousine. On voit de tout. Ce qui les rends encore plus plaisants. Petite préférence pour Ferguson dont j’ai adoré le culot. Et comment ne pas citer Poirot. Ce détective herculéen. J’adore son arrogance, et son humour sarcastique.

Tiens. L’humour. Ce dernier tient une grosse importance. En effet, Agatha Christie nous offre un roman noir avec quelques touches d’humour efficaces qui rendent la lecture encore meilleure.

Enfin, bien sûr, le plot-twist final. Je ne sais comment, mais elle s’y prend très bien pour nous mener en bateau héhé. Chaque phrase à son importance. Chaque détail compte.

Bref, difficile à décrire. Mais honnêtement, ça a été un plaisir d’enquêter avec M. Poirot. Je vous le recommande.

–    Quel poison ! Seigneur Dieu ! Pourquoi personne n’a-t-il songer à la tuer, elle?

–       Cela peut encore arriver, dit Poirot, pour le consoler.

photo of great pyramid of giza
Photo de Simon Matzinger sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s